You are currently viewing 1937: Le crash du Hindenburg, le cauchemar de l’hydrogène

1937: Le crash du Hindenburg, le cauchemar de l’hydrogène

Le LZ 129 Hindenburg, alors le plus grand zeppelin au monde, s’est brusquement embrasé en atterrissant le 6 mai 1937 à Lakehurst, dans le New Jersey (USA). Son ballon était en effet rempli de dihydrogène, un gaz très inflammable. Cet accident a sonné le glas de l’age des zeppelins et a été un traumatisme qui pèse encore aujourd’hui sur les consciences. C’est un frein pour la mobilité hydrogène.


Après diverses expérimentations au XIXe siècle, on a réussi au début du XXe siècle à créer des ballons dirigeables, aussi appelés zeppelins, pouvant voler sur de longues distances et transporter d’importantes charges. Le principe était de remplir ces ballons avec un gaz plus léger que l’air et, de même que les bâteaux reposent sur l’eau, laisser l’air porter naturellement ces vaisseaux aériens. La révolution n’était pas négligeable: le transport aérien était encore balbutiant et, si vous vouliez aller aux Etats-Unis, vous deviez prendre le bâteau. Les zeppelins étaient beaucoup plus rapides. C’était leur âge d’or, mais il ne durera pas …

On pouvait utiliser de l’hélium, mais il était très cher et produit par les américains. L’hydrogène, au contraire était à un prix raisonnable et disponible en Allemagne. De plus, il a une portance supérieure à l’hélium. C’est la démarche qui a été retenu par les allemands. Financé par la Luftschiffbau Zeppelin, le LZ 129 Hindenburg, alors le plus grand ballon dirigeable du monde, est inauguré le 4 mars 1936.

Le colossal Hindenburg

Le Hindenburg faisait 246,7 mètres de long, 46.8 mètres de large et 44.7 mètres de haut. C’est, encore aujourd’hui, l’engin le plus volumineux qui ait volé. Propulsé par 4 moteurs diesel Daimler-Benz, il transportait 88 000 litres de gazole, 4 500 d’huile de graissage et 40 000 d’eau pour les ballasts. Il était équipé de 6 moteurs, produits par Mercedes, d’une puissance de 1300 chevaux.

Surnommé (très à propos) « le Titanic des airs », le Hindenburg pouvait emporter une centaine de voyageurs. L’intérieur était luxueux, on était loin d’un vol low cost: il fallait payer environ 400$ … de l’époque. Cela représenterait $7,305.94 aujourd’hui …

Il a été inauguré le 4 mars 1936 à Friedrichshafen en Allemagne, pour un vol vers Rio de Janeiro. Il permettait de traverser l’Atlantique deux fois plus vite qu’en bateau, à une époque où le transport (civil, de masse) par avion n’existait pas encore. C’était un peu le concorde de l’époque … Le vol inaugural n’a pas rencontré de difficultés.

Le crash du Hindenburg le 6 mai 1937

Le 6 mai 1937, lors de l’amarrage (= aterrissage) du Hindenburg à Lakehurst, New Jersey, avec environ 100 personnes à bord lorsque, soudainement, il explosa. La scène est terrible: en quelques instant le béhémoth s’enflamme et s’effondre, emportant 34 passagers ou membres d’équipage et une personne au sol. Les survivants à la catastrophe du Hindenburg n’ont pu s’échapper qu’au prix de graves brulures.

Le vaisseau, la fierté du IIIe Reich, a été anéanti en quelques instants. Voilà la très impressionnante vidéo du crash =>

Cet accident a sonné le glas de l’âge des zeppelins et laissé une marque indélébile dans notre esprit : l’hydrogène est dangereux. C’est une des grandes craintes pour l’adoption des véhicules à hydrogène.

La cause de l’incendie due zeppelin géant est longtemps restée mystérieuse, laissant ouverte l’hypothèse criminelle (les gouvernements envisageaient qu’il puisse s’agir d’une réponse au bombardement de Guernica) et même des théories du complot. La réponse est arrivée il y a quelques années :

L’ingénieur aéronautique britannique Jem Stansfield, responsable de la nouvelle étude, et ses collègues ont trouvé que le dirigeable était en fait chargé d’électricité statique après être passé dans un orage, tandis qu’un conduit de gaz cassé est probablement à l’origine de la fuite d’hydrogène dans les puits d’aération. Quand l’équipage au sol a attrapé les cordes d’atterrissage, il a mis l’appareil en contact avec le sol et le feu s’est alors déclaré à l’arrière du Hindenburg, enflammant l’hydrogène.

Grégoire Fleurot, Le mystère du crash du zeppelin Hindenburg résolu, 76 ans après, Slate

L’impact

La catastrophe du dirigeable Hindenburg a marqué très durablement les esprits, ancrant l’image de l’hydrogène comme un gaz très, trop, dangereux.

« L’incendie, en mai 1937, du dirigeable LZ 129 Hindenburg fabriqué par Zeppelin et gonflé à l’hydrogène a laissé des traces dans la mémoire collective. »

Les échos, Avion à hydrogène : de nombreux défis technologiques à relever

Pour aller plus loin

  • Cet article fait partie de notre dossier “Hydrogène, autonomie et transition énergétique« .
  • Vous pouvez également consulter notre article sur l’histoire de l’hydrogène.
  • Si vous voulez plus d’information sur le Zeppelin et son accident, je vous recommande le très complet article de Wikipedia.
  • Un article sur l’élucidation des causes de l’incendie : https://www.independent.co.uk/news/science/hindenburg-mystery-solved-after-76-years-8517996.html
  • Cette vidéo de Simple History vous offre (en anglais) une rétrospective historique plus approfondie sur les zeppelins en général: